Infos en images

PHOTOS: Un artiste syrien a reproduit en banlieue parisienne une rue de Damas

Le sculpteur syrien Khaled Dawwa, qui vit en France, a présenté à Vanves, en banlieue parisienne, sa nouvelle œuvre: une rue de Damas ravagée par la guerre.

Né en 1985 en Syrie, Khaled Dawwa a manifesté son intérêt pour la sculpture dès son enfance. Sa mère, douée pour la couture, la fabrication de jouets et d’objets d’intérieur, a eu une forte influence sur lui.

Sur la photo: Khaled Dawwa travaillant sur son nouveau projet.

Ses parents ont soutenu la passion de Khaleb, qui s’est ainsi inscrit à la faculté des beaux-arts de l’université de Damas où il a obtenu son diplôme en 2007. N’ayant pas toujours les moyens d’acheter les instruments nécessaires pour son métier, il a essayé d’utiliser des techniques plus primitives et a souvent fabriqué ses propres outils.

Pendant la révolution syrienne et la guerre civile qui a suivi, Dawwa s’est opposé au gouvernement, a été arrêté et enrôlé dans l’armée. En 2013, il a quitté la Syrie pour le Liban, où il a continué à poster des photos de ses œuvres sur Facebook.

Il s’est fait connaître avec Clay and Knife, une série d’images de personnes ressemblant à des golems et exprimant des émotions allant de la colère au désespoir.

Avant de s’installer en France en octobre 2014, Haleb a détruit la plupart de ses œuvres: étant faites en argile brute, elles étaient très difficiles à transporter. Étroitement lié aux événements en Syrie, ce voyage, qui a duré un an et demi, a profondément marqué son travail.

C’est en France que l’artiste a présenté ses œuvres, et non pas sur Internet mais dans le cadre d’une vraie exposition. Son projet Compressed, présenté à Marseille en 2015, reflète sa vision du système de vie “compressé” des Européens, ainsi que sa propre expérience en tant que personne ayant dû changer de ville et de pays en peu de temps et connaître différentes situations de vie.

It’s Love est le titre de la série d’œuvres de Khaled, dont la création se poursuit au fil des années. L’artiste qualifie ce projet de salut personnel et y revient chaque fois qu’il ressent le besoin de rêver.

Maestro Goliath

Je suis le concepteur de ce site, n'hésitez pas à m'écrire pour tout commentaire ou suggestion ! ;)

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
Cliquez ici pour traduire »
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
0
YOUR CART
  • No products in the cart.